Aventures littéraires et autres péripéties autour des livres

Coups de coeur et déceptions littéraires, bienvenue dans la bibliothèque d'une amoureuse des livres

30 décembre 2010

Craig JOHNSON - Little Bird

Little_Bird

Il y a plusieurs semaines (peut-on parler en mois déjà ?), avant que ce blog ne sombre dans les limbes de l’oubli blogosphérique, il m’a été donné de vivre une aventure littéraire rare, de celle dont la poésie et la finesse vous accompagne longtemps. Le livre qui en est à l’origine a déjà fait l’objet de plusieurs billets chez d’autres lectrices et pourtant, soit que je les ai survolés, soit que je les ai oubliés, il ne m’en restait aucun souvenir lorsque j’abordai moi-même ma lecture.

C’est une interview de l’auteur réalisé avec talent par In Cold Blog qui m’a donné l’envie de m’embarquer pour les grands espaces américains. Ni une ni deux, je m’étais rendue à la dédicace organisée dans une librairie parisienne à l’occasion de la parution, chez Gallmeister, du deuxième opus de la série dont je m’apprête à vous parler. Mais intimidée par la stature, le sourire (et le chapeau) de Craig Johnson, je n’ai même pas tenté de lui bredouiller quelques mots en anglais tandis que je lui tendais mes livres pour signature. La honte.

Bref.

Quoiqu’il en soit, j’étais plus que curieuse de plonger dans ce roman noir, plébiscité tant par les lecteurs que par les critiques officiels. Pourtant, je ne m’attendais pas à une telle rencontre. Il me faudra vous dire l’ambiance du Wyoming, la vie dans la petite ville de Durant, comté d’Absaroka, les paysages de montagne et le climat rude et froid. Il me faudra vous parler de l’intrigue, un peu, mais le véritable objet de ce roman, sa plus belle réussite tient en deux mots : Walt Longmire. Rarement un personnage ne m’aura paru si proche, si dense, si fragile et si fort à la fois. Le lecteur fait sienne ses fêlures, partage ses doutes et ses craintes, comprend ses hésitations, sourit de ses bons mots, l’encourage dans ses moments de bravoure qui pourraient lui coûter la vie. Bien sûr, le fait que le roman soit écrit à la première personne, ça aide. Mais il y a  plus que ça, comme si le shérif nous attrapait par l’épaule, comme si on était assis avec lui dans son pick up ou au comptoir du Red Pony.

C’est la fin de l’automne à Durant. On n’est pas encore à Thanksgiving et la neige, en approche, n’a pas encore fait son entrée. On est encerclé par la nature ici, les Big Horn Mountains d’un côté et la vallée de la Powder River de l’autre. Elle est d'ailleurs un personnage à part entière, une composante essentielle de l'intrigue. Un cadavre est retrouvé dans un pré au milieu des moutons. C’est celui de Cody Pritchard, un gamin de la région qui fut autrefois, avec trois autres camarades, impliqués dans le viol de Melissa Little Bird, une jeune indienne. Il a été tué par balle. Accident de chasse ? Meurtre ? Quel lien y a-t-il avec le viol de Melissa, cette affaire qui hante le cœur et les pensées du shérif Longmire depuis plusieurs années ?

Si, à l’image de son héros, ce roman dégage un lourd parfum de mélancolie, il est aussi plein d’esprit, d’humour et de cynisme. Outre le fait d’avoir su brosser avec un talent inouï la psychologie de ses personnages, Craig Johnson apparaît également comme un dialoguiste hors pair tant il place dans leur bouche des répliques savoureuses. Il faut rendre grâce ici au traducteur qui a su préserver la rudesse de la langue tout autant que son ironie, la poésie des descriptions tout autant que le ton désabusé des personnages. Quant à l’auteur, s’il m’est donné de le revoir et que j’arrive cette fois à surmonter ma timidité, je ne lui dirai qu’un seul mot, qui n’aura pas besoin de traduction : bravo.


Aventuriers

    Merci !

    Merci pour tous tes conseils livresques qui me sont si utiles et tes posts toujous si plaisants.

    Excellente fin d'année à toi.

    Posté par Schéhérazade, 30 décembre 2010 à 10:09
  • @ Schéhérazade : merci à toi pour ta fidélité malgré les absences ! Je te souhaite également une excellente fin d'année et j'espère que tu continueras de trouver ici des idées de lecture.

    Posté par Isabelle, 30 décembre 2010 à 11:48
  • Je serais étonné que Craig Johnson ne passe pas par Paris à nouveau l'an prochain, d'autant que le nouveau Longmire doit sortir en début d'année. Pour l'avoir rencontré (et discuté longuement avec lui) à l'occasion de la séance de dédicace à laquelle tu fais allusion, je peux te garantir qu'il est d'un abord très avenant et d'une extrême gentillesse.
    Tu sais maintenant ce qu'il te reste à faire ;o)

    Posté par In Cold Blog, 30 décembre 2010 à 21:42
  • @ InColdBlog : bosser mon anglais ?

    Posté par Isabelle, 30 décembre 2010 à 22:21
  • Je te souhaite une très bonne année !!

    Posté par Christelle, 01 janvier 2011 à 19:27
  • Un très joli billet qui donne envie !

    Posté par Sandy, 06 janvier 2011 à 09:36
  • J'ai découvert la "Nature Writing" récemment avec "Indian Creek" grâce à Keisha et j'ai énormément aimé. Du coup, j'ai envie de continuer à explorer ce genre littéraire très riche. Je note.

    Posté par Ellcrys, 06 janvier 2011 à 11:44
  • @ Christelle : Une excellente année à toi également !

    @ Sandy : Merci Sandy

    @ Ellcrys : J'ai beaucoup aimé "Indian Creek" aussi ! Les éditions Gallmeister semblent avoir édité pas mal de pépites !

    Posté par Isabelle, 12 janvier 2011 à 19:53
  • haaaaaaaaaaaaaaaaa (de joie)!!! C'est tout!

    Posté par Juliette, 17 janvier 2011 à 21:10

Poster un commentaire