Aventures littéraires et autres péripéties autour des livres

Coups de coeur et déceptions littéraires, bienvenue dans la bibliothèque d'une amoureuse des livres

29 juillet 2010

Alexandre DUMAS - Robin des bois, le Prince des voleurs

Robin_des_bois

Un soir d’hiver, dans l’obscurité et la froideur du mois de mars 1162, deux hommes s’avancent dans la forêt de Sherwood. Dissimulé dans son manteau, l’un d’eux tient un enfant dont le destin est d’ignorer son glorieux lignage et d’être confié à un couple de bonnes gens, le garde forestier Gilbert Head et sa femme, Marguerite. Quinze ans plus tard, le jeune Robin Hood, habile archer tout autant que vif et séduisant garçon, fait la connaissance de Messire Allan Clare, un gentleman qui fait route vers le château du Baron Fitz-Alwine en compagnie de sa sœur, la belle Marianne. Il entend demander au baron la main de sa fille, Christabel dont il est éperdument amoureux. Mais, tandis que Robin succombe instantanément au doux regard de Marianne, les projets d’Allan vont se heurter à la cruauté et l’égocentrisme du baron, entraînant les habitants de la forêt de Sherwood dans des péripéties à rebondissement.

Je dois bien avouer que je ne m’étais jamais attaquée à l’œuvre d’Alexandre Dumas et commencer par l’histoire de Robin des bois me semblait une bonne option. Néanmoins, après quelques recherches il apparaîtrait que ce « Robin des bois, le Prince des voleurs » ainsi que sa suite intitulée « Robin Hood le proscrit » ne soient en réalité qu’une traduction du roman du Britannique Pierce Egan « Robin Hood and Little John, or the merry men of Sherwood forest ». Selon les différents bibliographes de Dumas, ce dernier se serait contenté de signer une traduction réalisée par sa collaboratrice – et maîtresse – Marie de Fernand, qui signait sous le nom de Victor Perceval. C'est elle, notamment, qui avait effectué la traduction d'Ivanhoé parue sous le nom de Dumas en 1862. Aussi, cette lecture ne comptera finalement pas comme une découverte du style et de l’univers de Dumas…

Qu’à cela ne tienne ! Il n’empêche que j’ai beaucoup apprécié cette lecture. Pleine d’héroïsme et de sentiments chevaleresques, elle est à l’image de ces films de capes et d’épées dont, enfants, mon frère et moi nous nous repaissions ! Robin est un héros plein de courage, d’altruisme et d’abnégation. Il est également beau et vigoureux et s’il se laisse à embrasser fugacement la jolie Maude, c’est bien à Marianne qu’il a donné son cœur et pour elle qu’il est prêt à tous les sacrifices. Pauvre Maude dont l’amour pour Robin est déçu !

Dans ce tome, les péripéties se succèdent et pourtant, il y a dans l’action quelque chose de poussif. Sans doute est-ce du au fait que le destin de Robin se met doucement en place. Il n’est pas encore le Prince des voleurs que l’ont connaît mais simplement un jeune homme intrépide élevé par deux honnêtes gens dont le cours de l’existence se trouve changé par sa rencontre avec Allan Clare et sa sœur Marianne ainsi que par les évènements qui découlent de sa rencontre et de son opposition avec le Baron Fitz-Alwine. Dans ce tome, certains des personnages emblématiques de la légende de Robin des bois ont déjà fait leur apparition. C’est le cas notamment de Frère Tuck ou encore de William l’Ecarlate. Mais les inconditionnels de Disney ou de Kevin Costner risquent de rester un peu sur leur faim…

Quoiqu’il en soit, une lecture de vacances fort agréable !

Posté par Isabelle A à 12:56 - DUMAS Alexandre - [8] Aventuriers en goguette - Permalien [#]
Tags : ,

Aventuriers

    Je ne connaissais pas du tout ce titre d'Alexandre Dumas ! Je suis friande des récits de capes et d'épées...

    Posté par Marie, 29 juillet 2010 à 15:17
  • Je ne savais pas qu'Alexandre Dumas avait écrit une version de Robin des Bois !!! C'est le père ou le fils ?

    Posté par Ankya, 29 juillet 2010 à 19:57
  • pauvre Dumas

    Super producteur littéraire de l'époque, prêt à publier n'importe quoi sous sa plume. Traduction d'une tragédie, longs dialogues, style lourd.

    Ce Robin des bois est pour moi vraiment un petit roman de Dumas.

    Beau blog !

    Posté par Marc, 11 août 2010 à 09:43
  • Pour moi qui suis fan de Dumas, il faut lire Le comte de Monte-Cristo ! ça se lit tout seul, vraiment !

    Posté par kathel, 16 août 2010 à 09:13
  • @ Marie : je dois dire que pour ma part, il a parfaitement rempli son office! Peut-être te plaira t'il?

    @ Ankya : en réalité, si les informations que j'ai trouvées sont exactes, il s'agirait plutôt d'une traduction du roman du Britannique Pierce Egan « Robin Hood and Little John, or the merry men of Sherwood forest ». Dumas se serait contenté de signer la traduction réalisée par sa collaboratrice – et maîtresse – Marie de Fernand, qui signait sous le nom de Victor Perceval.

    @ Marc : sans doute! Mais j'avoue que c'est le premier Dumas que je lis... Et s'il n'est pas de sa plume comme j'ai cru le comprendre, cela ne comtpe pas? J'en lirai d'autres, promis ! En tout cas, merci beaucoup pour ton passage ici et pour le compliment !

    @ Kathel : oui, le Comte de Montecristo est forcément à mon programme de lecture. Mais pas pour tout de suite !

    Posté par Isabelle, 18 août 2010 à 09:39
  • Dumas - autres oeuvres

    Si c'est ton premier Dumas, j'en suis désolé. Je te conseille vivement de lire "Les trois mousquetaires" et surtout sa suite "Vingt ans après", le dernier des Mousquetaires "Le Vicomte de Bragelonne" est très bon aussi mais par moments un peu trop long.
    Personnellement j'ai un peu moins accroché au Comte de Monte-cristo, même si évidemment il est très bon aussi.

    Posté par Marc, 18 août 2010 à 11:14
  • Cher Marc, ne soit pas désolé !
    Premier certes, mais certainement pas dernier ! Je prends bonne note de tes conseils et te souhaite une excellente journée.

    Posté par Isabelle, 18 août 2010 à 11:50
  • franchement, moi qui ne lis pas beaucoup j ai vraiment adorer ce livre et c est domage que le résumé du livre ne soit pas plus long.

    Posté par lolipop, 26 janvier 2014 à 20:31

Poster un commentaire